Une autre forme d’apprentissage

16 décembre 2016 / Catégorie :

 

Selon l’INSEE, en France le taux d’emploi des 15-24 ans est aujourd’hui de 27,5%. En Allemagne la part des jeunes en emploi est de 45%, 50% au Royaume-Uni et de 60% au Pays-Bas. En 2016, un tiers des jeunes sans diplôme en France est inactif. L’OCDE estime que 1,8 millions de jeunes de 15 à 29 ans sortis de l’école, sont ni en emploi, ni en formation.

Mercredi 7 décembre, j’ai eu le plaisir de participer à une réflexion sur « Comment développer un modèle qui fait réussir les jeunes en proposant une autre forme d’apprentissage », en présence de Clothilde VALTER, secrétaire d’Etat en charge de la formation professionnelle et de l’apprentissage, de Marie-Andrée BLANC, Présidente de l’Union nationale des associations familiales, et Marc TEYTON, Président de la Fédération des écoles de production.

Les écoles de production sont des établissements privés d’enseignement technique, qui préparent aux diplômes et certifications du CAP et du Bac Pro. Ces écoles sont une troisième voie de formation, on y apprend un métier en fabriquant de vrais produits pour de vrais clients, tout en préparent un CAP ou un bac pro. Une école qui accueille les jeunes en grande difficulté, une solution pour sortir de l’échec, reprendre confiance en soi et s’insérer.

La question qui se pose est celle de savoir si se sont les jeunes qui sont en difficulté aujourd’hui ou bien le système ? Les écoles de production sont encrées dans le tissu local et la démarche d’accompagnement des formateurs exige la compréhension de la dimension humaine de la formation, qui passe par la valorisation du travail.